Quand la nature devient son plus grand terrain de jeu

Welcome to Iran

Tout grand voyageur ou nomade se doit d’avoir mis les pieds en Iran. Effectivement, à mon tour de marteler cette phrase. Elle prend tout son sens au bout de trois semaines en territoire perse. De son histoire en passant par la diversité de ses paysages et des peuples qui y habitent et qui y ont transités : tout s’explique.
Celui qui a posé pied en terre perse a bel et bien une âme nomade ou celle d’un grand voyageur.

Une fois sur place on oubli vite ses préjugés, la censure et le fait de ne plus pouvoir boire d’alcool. Je me suis même habitué à ne voyager que de ville en ville. Moi le rural dans l’âme. Je pourrai employer quantités de superlatifs à l’égard de l’Iran mais j’ai simplement envie de résumer cette découverte par : quelle claque !

Dangereux, le pétrole, l’arme nucléaire, la censure, le terrorisme sont des mots souvent associés à l’Iran. J’ai plutôt envie d’associer ces mots-là : multiculturel, surprenant, diversité de paysage, générosité de son peuple, ouverture au monde extérieur.

Un pays bluffant qui ne laissera personne indifférent. La dernière fois que j’ai eu cet effet, ce fut en Ethiopie.

Il existe deux axes touristiques majeurs. Le plateau central et la partie Nord-ouest. Et pour une fois je ne l’ai pas joué solo (sauf pour la partie N-O. Mon amie Marie et sa sœur ont eu la joie de m’accompagner et me supporter (à moins que ce ne soit l’inverse 😉 ahahah).

Les trésors cachés de l’Iran :

Des villes modernes, d’autres très anciennes, des villes « oasis », des oasis, des villages pittoresques, abandonnés, troglodytes, des châteaux forts, des musées très intéressant, des kurdes, des perses, des azaris turques, des arméniens, des peuples d’asie centrale, nomades, des paysages désertiques, verdoyants, de montagnes, maritimes, des zones géothermiques, des jardins perses majestueux, des palais, mosquées, maisons aux architectures très différentes selon les époques historiques et les climats où elles se situent. Une conduite routière si particulière. Le sens de l’hospitalité. Les qanats : systéme de récupération et stockage d’eau très ingénieux. Une richesse culinaire. Les ambiances indescriptibles des bazars. Des stations de ski. Des philosophes, poètes, temples zoroastriens, églises arménienne.
Un patrimoine culturel hors du commun du à une des plus grandes civilisations du monde : sassanides, seldjoukides, mongols, safavides, souffistes, qadjars.

Une chose est sure, il vous faudra minimum un mois pour faire les deux boucles touristiques « classique ». Mais laissez-vous tenter par les circuits moins classique comme le nord-est qui abrite aussi des trésors cachés, les côtes du golfe persique avec notamment l’île de Quesh ou encore la région de Kerman. Il y en a vraiment pour tous les goûts. Ce pays mérite à la fois d’être connu mais aussi d’être préservé. Attention donc de ne pas tomber dans le tourisme de masse d’autant plus que beaucoup d’Iraniens issu de la classe moyenne commence eux aussi à se rendre dans les lieux magiques de leur précieux joyau qu’est l’Iran.

Je finirai par l’une des seules phrases en anglais que presque tout iranien saura vous dire : Welcome to Iran ou nom de la ville où vous vous situez.

6 mois ago 0 Comments Short URL