Quand la nature devient son plus grand terrain de jeu

6h20 – Uhuru peak – 5895m

1. l’aventure

9 Janvier : Arrivée à Nairobi Kenya 17h. Rencontre Sam qui gère la société Blue mountains et signe contrat pour ascencion Kili 20h. Une signature d’un gros contrat : sa s’arrose. 2h du mat je suis bourré, dodo.

10 Janvier : départ 7h pour Arusha (Tanzanie). Arrivée 13h. Revue en détail du matériel et location manteau, bâton, cagoule et pantalon pluie.

11 Janvier : 9h transfert direction Machame gate 1800 m altitude. Après trois heures d’attente => départ. Il est 15h. 18h30 arrivée a machame hut après dix kilomètres dans la forêt humide. 3000 m d’altitude.

 

12 Janvier : debout 6h30. Depart 8h30 pour shira cave à 6 km. Passage un peu plus technique dans un mélange de rocher et forêt de séneçon et autre petit arbustes. 3H30 plus tard nous sommes à 3850 m. Poulet frite. Ballade dans les alentours l’aprem. Soupe, pop corn, pancake et potée avec du riz. On ne meurt pas de faim. Au lit à 20h

13 Janvier : Réveillé par des problèmes d’estomac. Dehors tout est gelé. Vu sur le Kibo depuis ma tente au reveil. Jour de vérité. Depart pour lava tower à 4700 m. Paysage lunaire. 4h30 plus tard au bout de 10 km et 1200 m de dénivelé positif me voila rassuré. Aucun mal d’altitude. Je suis serain. Nous voila au refuge Barranco 3950m. Je suis arrivé le premier. Rythme soutenu mais bon.

Mardi 14 : une chose est sûre, il va falloir continuer avec la coulante. trois fois dans la nuit. Début en fanfare : paroi rocheuse où il faut escalader un peu. On détend l’atmosphere en chantant « say you say me ». Les autres groupes suivent, c’est fun. Ca monte et descend sans cesse. Etape épuisante. J’arrive à la limite de la crise d’hyppo. Prise de doliprane et sieste. Ouf ca va un peu mieux. Peur du mal d’altitude. Une civière descend : un néerlandais de 70 ans est mort. Ca glace le refuge. On est a 4700m au pied de l’ascencion finale. Courte nuit. Vent tempétueux et réveil a minuit.

Mercredi 15 : Tout est prêt on y va !! Trente minutes plus tard on remarque que l’on a  oublier le petit dej. Je n’ai que trois barres de céréales et trois gels énergétique. La veille j’ai peu mangé à cause de mon estomac. Trois pauses caca durant la montée. Un main gelée. Je dors debout. On était à deux doigts de s’endormir durant la pause. Les premières personnes souffrant de l’altitude descendent. Interminable montée dans les gravillons glissant. On fait du surplace. J’ai pris un gel, ca va un peu mieux. Dernier effort et arrivée à Stela point. Là c’est l’entrée dans le cratère avec vue sur les glaciers et le point culminant. Pente très douce. J’ai l’impression de voler. Le soleil se lève. J’arrive juste a temps !! Sa y est je prend la photo souvenir. Il est 6h20 je suis a 5895m sur le toit de l’Afrique a Uhuru peak. Nouveau defi accomplit. Je cours dans la descente tel un skieur lors de l’ouverture de la saison. Passé l’euphorie et le coup d’adrénaline : mon corps me rapelle que je n’ai toujours rien mangé après sept heures d’efforts. Je suis au bout du rouleau. 9h on mange enfin. 10h sieste. 11h30 on plit baggage. 15h nous voilaàau refuge Mweka a 3100m.

Jeudi 16 : Bizarre, j’ai dormi comme un bébé. On lève le camp a 7h. 11 heures : « M. nettoyer les chaussures, M. biere soda,M.  » de retour dans la réalite. 12h Moshi town : du bruit, des voitures, retour à la civilisation.
2. Les choses que vous ne savez peut être pas
Pour cette aventure (Machame road – 6 jours), il vous faudra passer par une agence où vous pourrez louer du materiel> Il y aura un guide, un cuisinier et deux porteurs par personne. Les prix vont de 1200 Usd au plus bas et montent jusqu’à plus de 4000 Usd. Tout dépendra de votre transport et confort. A cela il ne faudra pas oublier d’ajouter les TIPS  (pourboires).
Le Kilimanjaro est en fait un parc national constitué d’une forêt humide riche en faune et flore, ainsi que de paysages volcanique avec glacier. Il y a trois sommets : le shira, le Mawenzi et le Kibo avec pour point culminant l’Uhuru peak.
Il est aussi une marque de bière, d’eau ou encore le nom d’une compagnie de bus. Mais au pied de ce sommet se cultive du café, des bananes, du maïs et des plantes destinées a l’exportation en Hollande. Ben oui pourquoi les prix defient toutes concurrence selon vous ?
Moshi est la ville la plus proche pour partir faire l’ascencion, ce qui en fait une ville dortoir puisque Arusha est le lieu ou siègent toutes les agences de voyages pour l’ascencion et les safaris.
Bref le Kili est vital pour cette région mais ont-ils pensés au probleme de l’eau ? Il est vraiment important est va devenir crucial lorsque tous les glaciers auront foudus. Fini les cultures et les arrêts dans les rivières pour refaire le pleins des bidons. Enfin ça, c’est une autre histoire… .

 

4 années ago 0 Comments Short URL

Enjoyed this Post? Share it!

Share on Facebook Tweet This!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.