Quand la nature devient son plus grand terrain de jeu

Ethiopie : le bilan et infos complémentaires

Il est temps de dire adieu à l’Afrique et de rejoindre le Moyen Orient avec une journée de transit à Bahrein avant de rejoindre Sarah (mon egal feminin) en Jordanie.

Comme vous avez pu le voir dans le précédent article l’Ethiopie est un pays qui a su répondre à mes attentes du moment. Maintenant que vous en savez plus sur les lieux touristiques : entrons plus en détail à la découverte du berceau de l’humanité.

Il est bon de savoir, qu’ici vous serez vraiment perdu.

Tout d’abord, vous ferez un bon dans le passé avec le calendrier éthiopien. Ne vous étonnez donc pas si aujourd’hui (comme sur mon ticket de bus) vous trouvez la date du 21/06/06.

Ensuite, l’alphabet ahmarique ne va vraiment pas vous faciliter la tâche dans les petits villages lorsque vous allez vouloir commander votre repas (surtout si personne ne parle anglais dans les parages).

Idem sur les routes avec les panneaux directionnels (lorsqu’il y en a…)

Transport : Dans l’ensemble la qualité des routes et bonne et de nouveaux tronçons asphaltés sont en cours de réalisation. Par contre la conduite y est tres dangereuse (un nombre incalculable d’accident) puisque nos chers conducteurs déboitent à tous va, se contentant de coups de klaxons avertisseurs en priant qu’il n’y ait personne en face. Evitez donc de voyager à bord de minivan et de conduire vous même. Il faut savoir qu’il est très fréquent de croiser des piétons, des charettes et de nombreux animaux sur la route. Et si par malheur vous en écrasez un, preparez votre portefeuille.

Les distances étant souvent longue, et, avec des routes montagneuses : optez pour les bus conforts comme Sky bus ou Selam. Attention, les points de ventes sont parfois compliqués à trouver et le départ ne se fait pas au même endroit que les bus locaux.
S’il n’y a plus de place : prenez les bus locaux. Arrivez tôt afin de choisir les meilleures places et ne vous laissez pas intimider lorsque l’on vous demande un tips (pour avoir charger votre bagage) ou un tarif supplémentaire pour votre bagage. Important de signaler aussi que si vous êtes plutôt du genre lève tard, evitez donc de voyager en bus (depart 5h30). Habituez vous aussi à ce que l’on jette tous les déchets par terre et a rouler les fenêtres fermées même en cas de forte chaleur (paraît-il que les courants d’air : ça rend malade).

Gastronomie : Impossible de passer a côte de l’injera : sorte de galette fermentée et fabriquée à base de teff (qui ne pousse qu’ici). On la mange à toutes les sauces. Avec que des legumes ou que de la viande voir les deux. Généralement on partage le plat et on ne mange qu’avec la main droite, sans toucher ou lecher la sauce , en ayant pris soin de se laver la main auparavant.

Goûtez aussi aux délicieux jus de fruit avec le fameux mélange avocat mangue. Laissez vous tenter par les pâtisseries assez légère et ne refusez pas les grains de colo, la canne à sucre et surtout le khat (feuilles assez amères que l’on machent et qui est considéré comme une drogue). Si vous n’aimez pas, plaisantez en disant que vous n’êtes pas une poule (colo), pas un panda  (canne à sucre) ou pas une vache (khat).
Amateur de café, ne loupez sous aucun prétexte la fameuse cérémonie du café. Sinon rabattez vous sur le thé très parfumé mais aussi très sucré.
 

Souvenir : Vous aurez l’embarras du choix. Entre les costumes locaux, les écharpes, les nappes, les objets en cuir, les tableaux religieux et ceux sur peau de chèvre ou encore les cafetière et autres objets colorés artisanaux… .

Societe :  Bien que l’homosexualité ne soit pas toléré, il sera très fréquent de  rencontrer des hommes ou des femmes amis se tenir par la main. Les  accolades sont récurrentes aussi.

Fervant défenseur de la nature, je ne pouvais vous parler des nombreux déchets errants dans la nature avec un total égard pour l’environnement. Ici on aime bien jouer du balais mais c’est simplement pour mettre la saleté dans les caniveaux ou chez le voisin. Jettez à tous va les détritus par terre ou par la fenêtre est un geste du quotidien.
D’un point de vue économique, le pays connait un niveau de développement assez incroyable. Certes, il y a toujours énormement de personnes vivant sous le seuil de pauvreté et souffrant de malnutrition mais avec une main d’oeuvre à deux dollars par jour, c’est une aubaine pour attirer les investisseurs et donc créer de l’emploi. Outres, les égyptiens, turcs, francais et prochainement l’enseigne H&M, il y a forcément l’ogre Chinois qui installe une énorme plateforme logistique, vient de finir la construction de la première autoroute du pays et construit actuellement le futur metro/tram dans la capitale. Pas étonnant donc si on te prend pour un Chinois lorsque tu es blanc.
Pas étonnant (non plus) du coup de voir éclore depuis quelques années, une classe moyenne qui contribue pleinement à la societé de consommation (téléphone, vêtements de luxe, voiture,… ).
Le secteur touristique aussi est en plein essor avec la construction de plus en plus d’établissement luxueux faisant augmenter les prix de façon exponentiels ces dernières années. Le gouvernement a choisi de suivre ses confrères Kenyan et Tanzanien avec la fameuse « white taxe » et tous ce qui l’entoure (pourboire trop généreux, contact humain sans rapport à l’argent perdu, négociation farouche des prix).
Le gouvernement gère très bien ses conflits internes et externes (notamment avec la Somalie, Erythree et l’Egypte au sujet de la construction du barrage sur le Nil) afin de maintenir une bonne image et de conserver une bonne économie.
 
Enfants : C’est surtout ce que je retiendrai de l’Afrique. Insouciants, charmeurs, intrigués, se promenant cul nul (pour les bambins), parfois insistants, nés avec le mot « money » à la bouche,… . Il ne vous laissent pas indifférents. Ne soyez pas choqué de les voir  travailler dans la rue ou dans certains restaurants de campagne. Dans les campagnes, dès l’âge de cinq ans, ils aident les parents dans les tâches quotidiennes (recherche de l’eau, gestion du bétail, cuisine).
Je ne pouvais pas finir cet article sans citer la beauté radieuse des éthiopiennes. Menus avec des formes généreuses et un visage aux traits fins avec ce savoureux mélange afro-moyent orient. Un régale pour les yeux.
Bilan général : L’Afrique n’aura pas été de tout repos et ne m’aura pas ménagé nerveusement. J’en ressors
usé, plein de piqûres de puces et le ventre en vrac, mais surtout changé, encore plus fort et des idées pleins la tête. Et oui mes rencontres, mon sens aiguisé de l’observation, la solitude et les longues heures de réflections m’auront encore appris énormément de choses.
PS : pour mieux comprendre l’Afrique, je vous invite a lire le hors serie de Jeune Afrique intitulé L’Afrique en 2014

4 années ago 0 Comments Short URL

Enjoyed this Post? Share it!

Share on Facebook Tweet This!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.