Quand la nature devient son plus grand terrain de jeu

20 ans : un cap => l’heure de réaliser un de ses nombreux rêves !

S’envoyer en l’air pour ses 20 ans : quel pied !

Quand tu as un rêve qui coûte cher, tous les moyens sont bons pour se le payer. Ce saut en parachute me trottait dans la tête depuis un bon moment ; mais quoi de mieux que de le faire pour ses 20 ans. Une cagnotte en place pour ma soirée d’anniversaire et hop le tour était joué. Merci à toutes les personnes ayant contribué à l’assouvissement d’un de mes nombreux rêves.

Question technique, comment ça se passe me diriez-vous ? Très simple, choisir un site où l’on pratique le saut tandem, convenir de plusieurs date au cas où la météo soit mauvaise. La suite, formation d’une demi-heure sur les positions à avoir et le déroulement du saut. Puis vînt le Grand moment, on prend place dans l’avion, premier palier : 1200m un premier groupe saute ; mais quand à 4000m, la porte s’ouvre et que l’on te dit assied toi au bord de l’appareil les pieds dans le vide ben ça fait drôle.

C’est parti pour quarante secondes de chute libre, le vent est froid, tu arrives à peine bouger les lèvres, tu as l’impression du voler, rien autour de toi si ce n’est que le cameraman qui te dit de faire des grimaces. Énorme tu descends de 50m/s mais le temps te semble plus long, c’est l’extase. Le parachute s’ouvre et là tu as l’impression de remonter. Dans ta tête tu te dis ça y est c’est déjà fini, c’est quand que l’on recommence, tu es encore sur ton petit nuage et tu regagnes paisiblement la terre ferme.

Voilà c’est ça un saut en parachute. Par contre tu as quand même plus de sensation quand tu es au bord d’un pont avec 50m de vide en dessous avec un élastique énorme à tes pieds. Tu ressens la sensation de vide et la chute est si soudaine et rapide. Tu es un pantin désarticulé lorsque l’élastique remonte.  Deux approches différentes de la chute libre mais un moment magique à chaque fois.

Plus d’infos ici

5 années ago 0 Comments Short URL

Le géant de Provence

Une chose est sure : le ventoux c’est dur ! Dur déjà d’y accéder le jour du Tour de France (7H pour faire 180 km). Mais bon quand j’ai un objectif en tête ben j’y vais jusqu’au bout alors après avoir tourné des heures et des heures pour contourner tous les bouchons, me voilà au pied de ce géant. Bloqué par les gendarmes, je me gare et fais le reste en vélo. A peine 1 km d’ascension et me voilà stoppé par les gendarmes. Pas grave, c’est pas ici que je voulais être pour voir les coureurs mais bon..

La suite n’est que patience. Déjà, il faut attendre les coureurs. Ensuite il faut attendre que le public descende de la montagne : et là c’est de la folie, en 2H c’est toujours blindé de monde, sans compter les campeurs qui vont d’abord fêter sur place avant de redescendre. Bon il est désormais  17H30 et j’attaque enfin la montée..

Cette partie de forêt est foutrement pentu et interminable, mais le public du tour est génial : il m’encourage, me jette de l’eau pour me rafraîchir et me pousse même. Me voici dans la partie caillouteuse : il fait désormais plus froid, on voit le sommet et la vue est splendide mais les jambes sont lourdes et les crampes arrivent.. La douleur est insoutenable au point que je suis obligé de m’arrêter 3-4 fois pour m’étirer. Je finis à l’agonie (6-8 km/h) avec un terrible vent de face (il ne s’appelle pas ventoux pour rien) mais en compagnie d’un ancien qui m’a rattrapé et me booste.

Dernier virage à épingle et voici le sommet avec la ligne d’arrivée et la tour avec le poster des vainqueurs. C’est juste énorme, je l’ai fait ça y est. Certes en 2H mais je l’ai vaincu ce ventoux tant redouté. Pause photo dans ce paysage lunaire et il est déjà temps de redescendre car il est 19H30 et la nuit arrive. Une demie heure plus tard (avec une pointe à 83 km/h : très impressionnant) me voilà à la voiture dans la pénombre et épuisé mais c’est si bon d’en baver et de réussir !

Caractéristiques et profil du Mont Ventoux

 

5 années ago 0 Comments Short URL

UCPA – Séjour multisport – Eté 2008

On dit que le hasard fait bien les choses. Je confirme ! Le BTS en poche, me voilà prêt pour des vacances bien mérité. Au programme, la Bretagne avec la belle famille de l’époque. Mais manque de bol à 2 semaines du moment fatidique ben j’apprends qu’on ne pars plus..

C’est inimaginable que je ne parte pas alors trouvons vite une idée : et là je me souviens qu’une amie (Sarah) m’avait parlé de vacances sportive à des prix défiant toute concurrence. Je vais donc sur leur site et trouve un stage qui est disponible. Chouette c’est parti pour l’aventure.

Me voilà sur place où l’on me donne une chambre avec seulement des matelas et un évier pour 4. Ca tombe bien, je ne suis pas là pour dormir mais pour profiter. Je découvre vite que beaucoup d’entre nous sommes partis seul et on vient de toute l’Europe et de tout corps de métier. On a plusieurs passion commune : le sport, les rencontres, les soirées.

Ah les soirées, parlons-en ! Le 1er soir, c’est soft : autour d’un verre à Chamonix et au lit, le lendemain c’est jeux de société ou film, et puis on se couche de plus en plus tard, on boit de plus en plus, on flirte, et la dernière soirée ben on a pas envie de se quitter donc on en profite à fond. Il y a bien sur les échanges d’adresse mail et de téléphone mais on ne garde contact qu’avec 2 ou 3 personnes maximum. Une chose est sure : j’aurais connu la tentation du nom de Claire, j’ai rencontré des gens très sympa et passé de bon moment et j’ai rencontré un gars en or du nom d’Aurélien (fêtard à souhait forcément il est d’Alsace donc le grand Est a tout balayé sur son passage). Et chaque fois que l’on se voit c’est comme si on ne s’était jamais quitté et on se donne de nouveaux défis tel que faire le mont blanc ou faire le trek le plus dur d’europe.

Côté sport eh ben on ne chôme pas : départ 8h pique nique et retour 17H. Mon programme :

          2 jours d’escalade sur de vrais parois rocheuse

          2 jours de canyoning (tobbogans naturel, saut de falaise, descente en rappel). Très plaisant, mais pas pour mon appareil qui a manger un rocher. Dommage car il y avait de belles photos !

          1 randonnée glaciaire sur le mer de glace

          1 via ferrata (parcours encordé le long d’une paroi rocheuse avec différents module)

Bref je vous conseille de vivre cette très belle expérience et vous laisse apprécier la vidéo de ce séjour. Vous voyez que le hasard fait bien les choses !

NDLR : L’UCPA (L’Union nationale des Centres Sportifs de Plein Air) c’est une associataion créée en 1965 dont l’objectif principal est de promouvoir les activités sportives chez les jeunes. Les centres sont rustiques mais l’ambiance très chaleureuse et les guides très compétant. Le matériel est toujours fournit et la nourriture : très montagnarde MMMmmm.

5 années ago 0 Comments Short URL