Quand la nature devient son plus grand terrain de jeu

L’oublier

L’oublier s’était aussi faire ce voyage que l’on avait programmé ensemble. La seule chose qui nous lie encore. « Non l’autre personne n’est pas là, donnez moi qu’un seul billet svp».
Il y a des endroits que j’avais coché spécialement pour faire en couple. Rome et Venise en faisait parti. Je voulais m’y rendre avec la femme que j’aime le plus au monde, celle pour qui je suis capable de tout, celle qui aurait accepté ma vie sans chercher à la comprendre, celle… . Cette femme est partie. Il faut l’oublier.

Image de prévisualisation YouTube

Elle n’aura pas vu ce musée à ciel ouvert qu’est Rome
Elle n’aura pas vu à quoi ressemble le plus Etat du monde (le Vatican) avec sa rue principale où sont situées bon nombre d’ambassade.
Elle n’aura pas pu profiter de la quiétude des 79 hectares du parc Borghèse, avec ses nombreux pins illuminés par un soleil radieux réchauffant l’air ambiant très agréable. Un bain de soleil en Février.
Elle n’aura pas gouté la gastronomie locale : pizzas, pâtes, glaces, spécialités de poisson et autres.
Elle ne se sera pas perdu des heures et des heures dans les nombreuses rues et impasses de Venise et Burano.
Elle n’aura pas participé à la soirée carnaval du mardi gras.
Elle n’aura pas fait de tour en gondole et de pique nique au bord de l’Adriatique.
Elle a fait son choix, il faut l’oublier.

Sans elle j’ai pu admirer les jolies Italiennes.
Sans elle j’ai pu retrouver la folle ambiance de Buenos Aires. De nombreuses soirées, la tournée des bars avec une grosse communauté de voyageur sud américain et mon talent de danseur.
Sans elle j’ai pu foncer (sur un coup de tête) à Pise le temps d’une (longue) journée.
Sans elle, se n’était pas le même voyage mais j’ai quand même bien kiffé.

Je peux désormais tirer un trait sur cette folle et intense relation qui a été un tournant dans ma vie. De la rencontre, à la rupture et son deuil et tout ce qui en a découlé par la suite.
Il faut boire pour oublier alors trinquons sur la plage du Lido de Venise.
P1110128
Cependant, il est dur d’oublier le grand amour (gravé à jamais dans le cœur) d’autant plus quand un enfant est au milieu (même si ce n’était pas ma fille) de tout cela mais la vie continu. J’ai digéré ce coup dur et j’ai retrouvé pleins de projets qui vont bien m’occuper ces prochains mois.
Il est tant de retrouver les seules femmes que j’aime et aimerais à jamais : ma mère, ma sœur et dame nature.

3 années ago 0 Comments Short URL

Enjoyed this Post? Share it!

Share on Facebook Tweet This!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.