Quand la nature devient son plus grand terrain de jeu

Ne faire qu’un avec la nature

Voilà un moment que j’attendais avec impatience ! Après avoir appris à vivre dans la jungle, j’ai appris à vivre dans des conditions polaires (en vue d’un futur projet).
Je voulais de l’aventure et de la difficulté : j’ai été servi !

L’Homme a toujours su s’adapter à la nature et aux conditions extrêmes. A mon tour de le faire car aujourd’hui dame nature semble en colère. Ca commence fort d’entrée de jeu : notre super jeep, qui passe logiquement partout, est bloquée par des congères d’un mètre, formées juste à la force du vent (c’est-à-dire sans précipitations). Et oui ici le vent façonne le paysage et bloque même les super jeep. Il est capable d’arracher la neige du sol et de produire l’effet d’un blizzard. Impressionnant !! Du coup nous partons à ski avec nos vivres et notre tente dans un vent tempétueux de 20 m/s en moyenne.
La neige gifle le visage, le vent nous déstabilise et augmente la sensation de froid. Les conditions sont dentesques.On avance péniblement d’autant plus qu’il faut que je m’habitue à cette façon de skier. Le traîneau joue aussi des siennes puisqu’il te pousse, te freine, t’entraîne à gauche ou à droite. Je tomberai à mainte reprise. Le trajet est rendu difficile par son relief accidenté. Tout est là pour nous compliquer la vie. Je jubile.
Alors guerrier on ne se laisse pas impressionner et déstabiliser ?

Déstabiliser non mais impressionner : un peu.
Vitborg arna, ma guide est une sacrée aventurière. Elle grimpe régulièrement les plus hauts sommets du monde et a traversée l’antarctique en ski en deux mois (1600 km). Elle force le respect. Ce que j’aime chez elle c’est qu’elle me donne les consignes et me laisse faire. Un très bon professeur et un élève motivé et très appliqué.
Avec ce vent, il nous faut construire un mur de protection afin de s’abriter du vent. Et nous voilà à découper des blocs dans la neige afin de construire notre mur façon igloo.
Il faut ensuite niveler la surface. A la pelle ? Non regarde, ça c’est mon métier. Je prend un ski et m’en sert de règle afin d’égaliser la surface. Vitborg est admirative de ma vitesse d’adaptation lors de ces deux ateliers. Bon je lui avouerai que mon métier m’a bien aidé quand même… .

La tente maintenant. Là on rigole moins car avec ce vent, les piquets ne tiennent pas. On plante donc les skis et bâtons pour les fixations principales et plaçons des blocs de neige tout autour de la tente afin de la maintenir au sol. Ensuite on rentre les affaires et lestons les traîneaux avec d’autres blocs de neige.
Et deux heures plus tard, on se change puis mettons en place les matelas et sac de couchage. Ensuite la cuisine. On cherche de la neige (pour avoir de l’eau) et on allume le réchaud. Ca fait du bien un peu de chaleur. Un bon thé pour commencer, puis on mange. On range tout en laissant chaussure fermé et pelle au premier plan. On ferme la partie qui sépare zone de vie et lit. Il fait à nouveau froid. Il faut dormir avec le bonnet et la cagoule. Le vent soufflera toute la nuit.

Au matin, nous attendons que le jour se lève pour partir. Grand soleil et pas un vent. Le calme, le silence. On entend que nos skis fendre la neige. Nous sommes seuls au monde dans cet univers pétrifié par la neige. Quel sentiment de liberté totale. En vingt quatre heures, la nature nous aura dévoilé ses extrémités. De son déchainement à sa douceur. De sa joie à sa peine. On s’adapte à elle, on l’accepte telle qu’elle est, on ne fait plus un tous les trois.

Avec de telles conditions, on file beaucoup plus vite que la veille. Un pur moment de bonheur. Que le temps passe vite dans ces conditions. Un coup de fil avec coordonnées GPS et la super jeep arrive. Retour à la civilisation.

Inutile de vous dire que j’ai vraiment surkiffé cette randonnée nordique à ski. Vivre, se déplacer et dormir dans des conditions épouvantables est logiquement insurmontable est impossible mais lorsque l’on a le matériel qui va bien tout redevient possible.
De là à partir pour deux mois, il me faut encore de l’entraînement… .

3 années ago 0 Comments Short URL

Enjoyed this Post? Share it!

Share on Facebook Tweet This!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.