Quand la nature devient son plus grand terrain de jeu

Triathlon d’Obernai 2013 inside

C’est comme une évidence : ce sport m’était destiné.
J’adore le vélo. Courir en pleine nature ou en ville est devenu hebdomadaire. Me forcer à nager : un défi à chaque sortie. De plus je n’arrive jamais à me cantonner à une discipline. Le contact avec la nature y est omniprésent.

Lors d’un triathlon on a vraiment le temps de réfléchir sur pas mal de choses, on a le temps de gérer et la gestion de l’hydratation et de la nourriture y est primordiale. Il n’y a jamais de routine car les parcours changent et même si vous en refaite un que vous avez déjà parcouru : celui-ci pourra fausser votre temps en fonction du climat (pluie, vent, soleil) ou de votre état de forme.

J’ai vraiment pris plaisir lors de ce triple effort. Même si la natation m’a frustrée : elle m’a surboosté pour ma partie vélo. D’autant plus qu’il y avait un col de montagne et que j’adore ça la grimpette et la descente qui suit.
Comme beaucoup, je me serai fait surprendre  par la partie course à pied. Si j’avais su j’aurai pris mes chaussures de trail pour avoir plus d’accroche et donc plus de répondant.

Une chose est sure : il est venu le temps de faire une petite trêve sportive. Ensuite il me faudra courir mon premier trail, marathon et refaire à coup sur un nouveau triathlon.

Image de prévisualisation YouTube

4 années ago 0 Comments Short URL

Enjoyed this Post? Share it!

Share on Facebook Tweet This!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.