Quand la nature devient son plus grand terrain de jeu

Une Thaïlande influente et en pleine mutation

Si vous passez la frontière par voie terrestre  depuis le Cambodge, n’ayez crainte et prenez votre mal en patience. La file d’attente est longue et les changements de bus incessant. Je me retrouve sans monnaie locale avec un simple autocollant bleu sur le T-shirt à la recherche d’un bus pour la capitale. Bus qui se transformera finalement en mini van. C’est un peu l’anarchie. A la douane, certains ont le droit à un visa d’un mois, d’autres à un visa de deux semaines. Bref c’est une confusion générale.

Le changement ne fait que commencer car lors des premiers kilomètres je m’aperçois rapidement qu’ici on roule à gauche, qu’il y a des deux fois deux fois, des péages et le retour des grandes surfaces et de la malbouffe avec des enseignes comme Mcdo, Starbucks et Burger king. Le choc est toujours brutal, je l’avais oublié. Les premiers asiatiques obèses font leur apparition une fois la capitale atteinte. Les effets pervers de la sédentarité (métro boulot dodo) couplé à une nourriture malsaine.

Bangkok

Une ville immense, en pleine mutation. Elle est sur trois étages : sous terrain avec le métro, niveau de la terre pour les habitations et aérien avec le skytrain (métro aérien) et les autoroutes urbaine.
Un deuxième aéroport flambant neuf a fait son apparition. Quatre étages, des policiers en segways, des portiques Xray, des caméras partout. Le top du top. Le métro climatisé n’a pas l’air d’être vieux non plus. En observant tout ces changements, je me dis que ce n’est pas étonnant qu’il y a de plus en plus d’expatriés.
Bangkok est surtout top pour la nightlife. Pour le reste, vous trouverez mieux ou tout aussi bien dans le reste du pays. Et pour moi cher qui plus est.

dans-la-rue

Koh tao et autres îles paradisiaque du Sud thaïlandais

Calme, détente ou lieux de fête incontesté avec les variantes de la full moon party. Voilà comment résumer l’ambiance. Bungalows ou dortoir. Street food ou restaurant avec vue imprenable sur la mer. Deux mondes d’écart se côtoient. D’un côté des jeunes en sac à dos, plein de peintures et de couleurs encore enivré d’alcool et de l’autres, des couples ou famille avec d’énormes valises.
Quoiqu’il en soit chacun y trouvera son compte et rentrera avec des souvenirs impérissable tant c’est (c’était ?) le paradis.
Oui, mes yeux ont cette fâcheuse tendance à voir ce que ne voient pas forcément ceux des autres. Je ne vais pas cracher dans la soupe non plus car j’ai passé une soirée de nouvel an de folie mais il est de mon devoir de vous parler des dégâts de l’être humain.  Il y a (encore) une belle faune sous marine mais pour combien de temps ? Au vue de la faune (corail) qui a quasiment disparue. De tous les déchets et fines particules (plastique je pense) se trouvant dans l’eau. Ainsi que l’impact des hydrocarbures dû à l’intense trafic nautique. Je me demande combien de temps il reste à ces îles avant de voir leur caractère paradisiaque disparaitre ?
De plus, vue le nombre de touriste de plus en plus massif et la hausse des prix : je soulève une question. Est-ce encore rentable de se rendre là bas ?

Pour conclure ce dossier, je souhaite aussi vous parler de l’huile de palme qui a fait son apparition dans cette région. Des parcelles entières déjà rasé. On le voit bien lors du décollage ou atterrissage de l’aéroport de Surat tani.
Pour continuer sur une note négative je vous ajoute la propagation nocive des produits phytosanitaires (engrais et traitement contre les maladies et parasites) dans les cultures de fraises du pays. Mais si m’attarde la dessus vous allez dire que je suis impartial ce qui serait vrai. Le développement du pays apporte aussi du bon.

L’irrigation et le matériel financé en partie par les centres de recherche et le gouvernement ont apporté un confort de travail et a nettement relancé l’économie des villages du Nord du pays.
Désormais beaucoup de Thaïlandais peuvent se permettre de visiter leur propre pays pendant les fêtes et les vacances de fin d’année. Ceux du Nord ou de la capitale se rendent dans le sud et vice versa. Chaleur ou fraicheur, à eux et à nous de choisir.

De nombreux étudiants bénéficient depuis peu d’aides financières de leurs universités pour faire un voyage d’étude. 100.000 baths pour 10 personnes + 2000 baths (500€) de la poche de chaque étudiant. Ces échanges interuniversitaires  ainsi que le fait de pouvoir parler anglais avec les nombreux touristes étranger qu’ils croisent, rend ce voyage très enrichissant. Et pour les forcer à faire cette démarche, l’université a créé un questionnaire. Le « IPSOS » ou « INSEE » thaïlandais c’est les étudiants.

Et que dire du développement d’internet. Le wifi est présent partout là bas. Même dans des cafés de petits bleds pommés. Il faut dire que les asiatique sont constamment avec leur téléphone sur réseaux sociaux ou en train de se prendre en photo ou en vidéo. La « selfie dépendance ». On parle de génération Smartphone ou tablette chez nous mais ce n’est rien si l’on compare à l’Asie.

DCIM100GOPRO

Chiang mai

C’est la seconde ville du pays en termes d’habitants. Pas de métro sous terrain ni aérien, pas d’autoroutes urbaine mais une circulation très dense et une ville bruyante.
Elle reste la plaque tournante de la partie Nord thaïlandaise. Il y a énormément d’activités à faire. On peut y passer 4 à 7 jours sans problème.
Il y a :

un canyon avec de nombreuses activités nautiques,
des activités de montagne (kayak, VTT descente),
un zoo/safari,
de nombreux temples,
la possibilité d’apprendre à cuisiner thaïlandais,
deux parcs nationaux : Doi inthanon (point culminant de la Thailande) et Doi suthep que vous pouvez gravir en VTT (un petit 18 km à 6,5%) puis redescendre par les chemins de descente. Niveau confirmé souhaitable.

Au niveau insolite, il y a la fidèle journée avec les éléphants mais là-dessus j’ai un avis négatif.
Plus positif : la possibilité de faire une retraite méditative dans un temple bouddhiste où un « monkchat » : rencontre et discussion avec de jeunes moines. L’idée est de pratiquer l’anglais pour eux et de connaître leur mode de vie pour nous, les touristes de passage. Un échange enrichissant. J’y reviendrai plus en détail dans le prochain article.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pai

Très touristiques et ambiance hippies. Ici ça sent bon les vacances et l’ambiance camping. Le bruit provient simplement du brouhaha des touristes et des nombreux bars ambiance.
Là encore vous pouvez (vous allez tant l’ambiance est bonne enfant) y rester au minimum une semaine.
De nombreuses cascades, sources chaudes sont au programme de vos visites.
De nombreux points de vue insolites existent pour observer un magnifique coucher de soleil. Au niveau du bouddha blanc à flanc de colline, du canyon ou du pont mémorial.
A votre retour, il ne restera plus qu’à affronter la foule pour aller manger et acheter vos souvenirs en pleine rue dans un des nombreux stands d’artistes ou cuistots indépendant.
S’il vous reste encore des forces, vous irez sûrement boire un verre ou deux ou trois avec les amis que vous avez rencontré en cours de journée ou que vous allez forcément recroiser dans les rues. Mais au final comme tous le monde est ami là bas… .

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mae hong son

Ville symbole des 1864 virages. Louer un deux roues et éclatez vous dans les routes montagneuses. Suivez les courbes comme vous parcourez celles des femmes (pour vous messieurs hétéros).
Le plan d’eau en plein centre ville donne un certain charme et une quiétude à cette petite bourgade beaucoup moins touristique que Pai.
QG pour le départ pour des treks dans les montagnes environnantes, il ne faut pas oublier d’aller faire une halte détente au spa et bain de boue situé à une vingtaine de bornes plus au Nord.

Il faut se rendre au village reculé de Ban nai soi où vous rencontrerez la tribu Karen des Long Neck Kayan Lahwi. Plus connue sous le nom des femmes girafes. Attrape touriste aujourd’hui, il faut y aller simplement afin de connaître l’histoire de cette tribu Birmane et voir à quoi ressemble un village rural thaïlandais. On est à des années lumière de Bangkok !

La boucle Chiang mai, Mae hong son, Pai est à faire absolument. C’est une tout autre Thaïlande que l’on découvre. Moins étouffante au niveau du trafic et de la chaleur et plus authentique. Un road trip montagneux très sympathique avant de vous rendre sur Chiang rai et de rejoindre le Laos ou la Birmanie. Des pays désormais en vogue.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mon analyse sur ce voyage asiatique m’a poussé à affirmer que voyager va coûter de plus en plus cher. Il sera bientôt plus rentable de voyager dans notre pays.
Cela fait le jeu des pays voisins de la Thaïlande. Il relance des pays qui étaient en perte de vitesse ou encore peu visité.
La Birmanie et le Laos étaient depuis longtemps délaissés par les touristes préférant se rendre en Thaïlande, Cambodge et Vietnam. Mais depuis un ou deux ans le nombre de visiteurs annuel a quadruplé. Les infrastructures ne suivent plus et les prix ont fortement augmenté.
Les activités et tarifs spéciaux  «non résident » font que la  Thaïlande et le Cambodge deviennent hors de prix. Tout cela fait le jeu du Vietnam qui redevient abordable par rapport à ses voisins.

Avec le développement qui s’étend désormais dans les zones rurales et un nombre de touristes toujours aussi important voir en augmentation, la Thaïlande va continuer de jouer un rôle très important dans cette région du monde.

11 mois ago 0 Comments Short URL

Enjoyed this Post? Share it!

Share on Facebook Tweet This!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.